UN PEU D’HISTOIRE 

Historique du Catch d’improvisation

Le Catch impro est un concept de spectacle d’improvisation théâtrale.
Il a été développé à l’origine par “Inédit théâtre” à Strasbourg en 1999 avec la participation de la compagnie Tadam de Bruxelles.
Ce concept de spectacle d’impro se répand rapidement en francophonie et a été particulièrement développé en Bretagne depuis 2004 grâce à la compagnie Brestoise Impro Infini. La mise en scène est inspirée des combats de catch. 2 équipes de 2 improvisateurs-catcheurs s’affrontent au centre d’un « ring » sur des sujets proposés par le public. Un arbitre veille au bon déroulement du spectacle. Les comédiens ne disposent que de 5 secondes de réflexion sans concertation avant de commencer leur scène.

Une brève histoire de l’improvisation

L’improvisation est en fait une forme intuitive de théâtre qui a sans doute toujours existée. Pour Christophe Tournier, dans son « Manuel d’improvisation théâtrale », le premier format connu de théâtre improvisé est la comédie atellane qui se jouait à Rome au IIIème siècle av. J.-C. En France, c’est au XVIème siècle que l’improvisation acquiert ses premières lettres de noblesse avec la Commedia dell’arte.

Dans les années 50 à Chicago, Paul Sills, inspiré par les travaux de sa mère, Viola Spolin créé un genre de « Commedia moderne » qui ferait appel aux gens ordinaires.

Dans les années 70, deux formats de spectacles improvisés apparaissent en même temps au Canada. Le premier, le Theatersports, de l’anglais Keith Johnstone se développe à partir de Calgary dans les pays anglophones. Le second, le Match d’improvisation, inventé par les québécois Robert Gravel et Yvon Leduc, conquiert rapidement les pays francophones et même l’Amérique latine, l’Italie et l’Espagne.

Les uns comme les autres avaient pour ambition de rendre plus populaire le théâtre.

Plus récemment d’autres types de spectacles d’improvisation ont vu le jour. Nous pouvons citer par exemple le Catch d’Impro d’Inédit Théâtre permettant à 4 acteurs de s’affronter dans un ring, le deus ex machina ou une pièce de théâtre se crée devant les spectateurs, etc…

Le Match d’impro

La génèse

Avant de créer le concept du match d’improvisation Robert Gravel et Yvon Leduc s’essayèrent à d’autres formules originales. Leur objectif était de jouer sur l’éphémère et de toujours surprendre le public.

Une de leurs créations fut le match d’improvisation : Un spectacle théâtral s’inspirant du hockey sur glace. Les idées géniales s’imposant rapidement toutes seules, il ne fallut qu’une soirée pour créer cette nouvelle mise en scène.

Le jeu

Pourtant les emprunts au hockey se limitent à peu de choses : Deux équipes de six joueurs, leur coach respectif, un arbitre avec ses deux assistants et une patinoire (sans glace !) qui délimite le périmètre de jeu. Le public peut manifester son mécontentement grâce à des pantoufles (A l’origine des « caoutchoucs » – des protège-chaussures au canada).

A cela ont été ajoutées des idées innovantes :

  • Le vote du public 
  • un règlement 
  • les catégories imposées 
  • des règles d’arbitrage spécifiques 
  • un Maître de cérémonie
  • de la musique

Tout ceci a permis la création d’un spectacle équilibré et dynamique. L’arbitre énonce des thèmes, tirés au hasard, sur lesquelles les comédiens doivent improviser des sketchs après 20 secondes de réflexion. Le spectacle prend alors la forme d’une joute amicale où le public attribue les points à chacune des équipes en votant après chaque improvisation. La participation du public, par son vote et son interaction avec l’arbitre, crée une ambiance unique.

Le premier match

Le 1er match eut lieu le Vendredi 21 octobre 1977 à minuit à La Maison de Beaujeu (Nom prédestiné), rue Notre Dame dans le vieux Montréal. Ce spectacle, prévu pour 4 représentations, fut une grande réussite. Ce qui ne devait durer que peu de temps devint rapidement un phénomène. Tant et si bien que 17 matchs eurent lieu lors de la première saison dans le cadre du Théâtre Expérimental de Montréal.

A la vue de ce succès Gravel et Leduc créèrent en 1980 une troupe qui allait s’appeler la LNI, la Ligue Nationale d’Improvisation.

Dès 1982, les matchs furent retransmis à la télévision et allaient devenir un véritable sport national.

Les tournées françaises

En 1981 2 équipes de la LNI partirent en tournée dans l’hexagone. Le 1er match eut lieu devant un faible public à Mérignac, dans la banlieue de Bordeaux. Le bouche à oreille aidant chaque soirée vit le public enfler à tel point qu’ils durent refuser du monde assez rapidement. Plusieurs villes les accueillirent avec la même réussite et quelques cours furent prodigués. Ces premieres rencontres aidèrent à la naissance de la LIF (Ligue d’Improvisation Française).

En 1982, la LNI participa au festival d’Avignon. Ce fut aussi un énorme succès.

La tournée de 1983 en France fut celle qui enracina le match d’improvisation dans l’hexagone.

Et après ?

Certains pensaient que tout ceci n’allait pas durer. Pourtant ce fut le contraire qui se produisit.

Au Quèbec puis en France, ainsi que dans tout le monde francophone, de nombreuses ligues d’improvisation se sont créées, certaines regroupant des acteurs professionnels et d’autres des amateurs.

Des coupes du monde professionnelles furent organisées dés 1985.

  • 1985 : Première Coupe du Monde d’improvisation à Montréal et à Québec.
  • 1986 : 2e Coupe du Monde à Paris
  • 1988 : 3e Coupe du Monde en Suisse (Lausanne et Genève)
  • 1990 : 4e Coupe du Monde en Belgique (Bruxelles)
  • 1992 : 5e Coupe du Monde au Québec (Montréal)
  • 1998 : 6e Coupe du Monde à Marq-en-Baroeul
  • 2001 : 7e Coupe du Monde à Grenoble

Le Mondial « juste pour rire » est organisé chaque année à Montréal depuis 2000 mais aussi à Nantes en 2006.

Aujourd’hui il existe deux courants : Ceux qui veulent rester fidèles au décorum de Gravel et Leduc et ceux qui sont prêts à y ajouter quelques touches personnelles. Pourtant, pour que deux ligues puissent se rencontrer il faut s’entendre sur certains principes fédérateurs qui sont globalement bien respectés.